Forum Soleil Vert


La Librairie Soleil Vert vous invite le 12 décembre 2009, à partir de 14h00, à une rencontre lecture et dédicace avec Jean-Pierre Andrevon pour la sortie de son recueil C'est un peu la paix, c'est un peu la guerre.

Pour tout renseignement :

Librairie Soleil Vert
Téléphone : 04 66 74 11 86
Courriel : sol.vert@free.fr

Medium ou Afterlife ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur : Médium & After Life

14% 14% 
[ 1 ]
57% 57% 
[ 4 ]
29% 29% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 7

Medium ou Afterlife ?

Message  Erwelyn le Mar 13 Juin - 17:55

M6 diffuse depuis quelques temps la série américaine Médium. Mais depuis la semaine dernière débutait sur Canal+ Afterlife une toute nouvelle série britanique fort intéressante.

Points communs ? Les deux héroïnes s'appellent Al(l)ison et sont médiums et "aimeraient bien avoir une vie normale".

Il est particulièrement intéressant de comparer ces deux séries car au delà du thème principal, la médiumnité, c'est tout un contexte social et culturel qui sont mis en opposition.
Médium est une série policière dont l'héroïne, Allison (avec 2 l), vit avec son mari et ses trois enfants dans une banlieue cossue. Le mari gagne bien sa vie quand à elle, elle travaille "officieusement" pou le bureau du procureur. En effet, un don particulier lui permet de voir ou de prévoir certains évènements passés ou futurs mais aussi quelques fantômes. Suite à une enquête où elle apporte son aide, elle arrive vite à convaincre, à la fois le procureur et l'agent de police qu'elle assiste désormais.
Elle s'impose très vite avec ce don, découvre que ces filles en sont aussi potentiellement dotées et si son mari à quelquefois du mal à dormir à cause des cauchemars qui la réveillent, il fait preuve d'une telle patience qu'on se dit qu'un tel niveau d'écoute et de communication reste bien utopique.
Bref la vie d'Allison, finalement, est plutôt "agréable" même, comme son homonyme anglaise, elle préfèrerait avoir une vie "normale".
Medium évolue dans les limites du politiquement correct. Le poste officieux d'Allison démontre une prudence quant à l'approbation de telles pratiques judiciaires, mais en même temps une personne douée d'une telle qualité ne peut pas ne pas aider son prochain. Il y a cet notion de devoir toujours en suspens.

Maintenant explorons les premiers épisodes d'Afterlife. Nous avons donc une héroïne du nom d'Alison (avec 1 l) qui, elle, est bien loin de la vie facile de sa collègue, bonne mère de famille, américaine. En effet, c'est complètement son opposée. On lui donne entre 35 et 40 ans, elle est célibataire, sans enfant et vient d'emménager dans une nouvelle ville afin de tout reprendre à zéro. Elle est sans emploi et habite un petit appartement verrouillé par 3 ou 4 serrures. On est bien loin de la sécurité banlieusarde américaine.
Son niveau social est donc bien bas, et son apparence fait aussi preuve d'un grand réalisme : qui dans cette situation prendrait le temps de se faire des mis en pli tous les jours et de s'habiller en tailleur quand de plus on recherche le parfait anonymat.
Voilà encore un opposé intéressant : Aussi officieux que soit son poste, Allison reste au devant de la scène, son téléphone peut sonner en pleine nuit, elle est toujours disponible.
Mais Alison elle, montre une plus grande souffrance dans son don, et au contraire elle voudrait lui échapper. Mais voilà, il y a toujours un esprit pour se tourner vers elle. Et comble de malheur, si ce don qu'elle ne peut combattre, lui permet toutefois d'apporter cette aide, c'est sans compter le scepticisme des personnes qu'elle croise. Il y a dans Afterlife à la fois une réalité sociale indéniable, d'un réalisme incroyable, et une aversion totale de l'inconnu émanant de l'extérieur. Humainement et psychologiquement, on sent cette ambivalence que chacun d'entre nous pouvons avoir envers des choses anormalement expliquables.
L'esprit carthésien du psychologue qui lui propose d'écrire un livre sur elle se heurte d'ailleurs à ces paradoxes même s'il n'en est pas conscient. Il voit mais il ne peut/veut pas croire. La notion de déni est très bien traité. Jusque là en tout cas.

Pour conclure, je dirais que Médium est une très bonne série américaine digne de son nom. On y trouve toutes les préoccupations habituelles : la famille, le statut social, le devoir, la justice. La série se veut une série policière mais avec une trame familiale aussi importante que les enquêtes et que nous suivont avec beaucoup de plaisir.
Afterlife se situe plus au niveau de Mr tout le monde vivant avec ses secrets et ses fantômes. Cette série est aussi bien plus sombre empruntant au fantastique son atmosphère étrange. Et elle est surtout bien plus sombre et psychologique. Elle ouvre des perspectives très intéressantes.

Mon avis : par ce que ces deux séries s'opposent vraiment, malgré la mediumnité commune, et qu'il n'y a donc aucun risque d'y voir de plagiat de l'une ou de l'autre, je les conseille toutes les deux. D'autres séries dans le même genre devraient débouler dans les semaines et les mois à venir. Il y a un filon que bcp de producteurs sont en train d'exploiter. On en reparlera quand on pourra se faire une idée.

_________________
avatar
Erwelyn
Ambassadrice martienne

Nombre de messages : 328
Age : 48
Localisation : Marineris 30
Date d'inscription : 07/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.librairiesoleilvert.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Medium ou Afterlife ?

Message  Erwelyn le Jeu 17 Mai - 12:34



Alors que la saison 2 est en cours de tournage, le coffret dvd de la saison 1 d'Afterlife vient de sortir.
Idea Je ne saurai que trop vous conseiller cette série d'un réalisme incroyable.

_________________
avatar
Erwelyn
Ambassadrice martienne

Nombre de messages : 328
Age : 48
Localisation : Marineris 30
Date d'inscription : 07/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.librairiesoleilvert.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum